Le cas de l’école Val-Joubert

Située à Ste-Paule, près de Matane, l’école Val-Joubert a su se distinguer en axant se concentrant sur le plan de la nature. Comme c’est le cas pour bien d’autres écoles qui veulent offrir mieux que ce que le système scolaire à l’habitude de donner, il est ardu d’assurer son existence.

Le doute et la peur sont les auxiliaires des grandes initiatives. Amélie Nothomb

2 réponses à “Le cas de l’école Val-Joubert”

  1. Mélanie
    12 mars 2011 à 4 h 11 min

    Que c’est triste la fermeture de cette école!
    Vivement une pluralité de formules éducatives au Québec, mais je crois que ça fait peur aux dirigeants de ne pas tout uniformiser. Pour ma part, j’apprécierais moins de temps à l’école et plus en famille, de participer à l’enseignement de mon enfant à la maison à mi-temps, en collaboration avec un enseignant.

  2. Geneviève Major
    9 mars 2011 à 23 h 47 min

    Complètement insensé! Nous pouvons lire que la commission scolaire a fermé cette école faute d’élèves (comme plusieurs autres d’ailleurs)… Si 40 vies d’enfants qui se développent dans la joie de l’apprentissage ne pèsent pas! Nos humains dirigeants manquent tant d’intelligence que c’est difficile à croire. Et ce n’est pas une raison économique même si c’est l’argument qu’on nous sert. À chacun de nous l’action consciente.

Laisser un commentaire

Abonnement infolettre

Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez toutes les nouvelles concernant le projet LA DÉSÉDUCATON.

Contact Presse

Soyez les premiers à recevoir les communiqués de presse, les dates dates importantes et invitations. Vous pouvez aussi faire vos propositions d'entrevues médiatique.

Écrivez-nous…

... vos commentaires, opinions, suggestions et/ou questions en nous écrivant à l'adresse info@ladeseducation.ca