Les communautés éducative

La communauté, entre autres au Québec, est dans un état critique. Est-ce que le fait de recréer des liens avec les jeunes pourrait inverser ce courant ?

4 réponses à “Les communautés éducative”

  1. Gébé Tremblay
    17 décembre 2010 à 11:56

    Marcel Gauchet : l’impossible entrée dans la vie

    Conférence donnée au Ceppecs le 13 janvier 2007 dans le cadre du cycle « L’enfant ». Il y avait les enfants à problèmes. Nous sommes aujourd’hui face à l’enfant-problème. Autrement dit, ce sont les conditions mêmes dans lesquelles les enfants sont amenés à faire l’expérience du monde qui ont été complètement bouleversées en quelques décennies sans que nous paraissions nous en apercevoir ni en mesurer les conséquences.

    http://www.dailymotion.com/video/xdd2kz_marcel-gauchet-limpossible-entree-d_news

  2. Gébé Tremblay
    16 décembre 2010 à 3:42

    Inverser le courant ?

    Le courant social est naturel. Les sociétés n’ont pas besoin de manuel d’emploi, elles se crées d’elles-mêmes. L’homme naît avec.

    Le problème devant-nous est un barrage qui a été érigé et l’eau monte, la pression monte.

    Inverser le courant est impossible. Il faut démolir ce barrage.

    Cette communauté cohésive extérieure que Françoise David propose de faire entrer à l’intérieur de l’école n’existe pas. Ce lac d’eau stagnante derrière le barrage est composé de sous-sociétés comme l’explique Georges Leroux. Des sous-sociétés qui se forment de plus en plus pour se créer des systèmes économiques dans lesquels ils se construisent des appartenaces et alliances pour soutirer des moyens à l’ensemble compétitif dans ce lac aux ressources de plus en plus limitées. Le phénomène des gangs, la mafia qui envahi le municipal, les lobbys qui se partagent les privilèges de l’État, en sont le reflet criant.

    Voilà ce qui entre dans nos écoles. L’École ne peut pas reconstruire la société entre ses murs. Ce serait un barrage dans un barrage.

    Une société saine c’est comme une rivière qui coule. On peut boire de cette eau.

    Le barrage ce sont les banques et le système monétaire international.

    Georges Leroux est conscient de celà.

    • Marie-Pier
      16 décembre 2010 à 5:22

      « L’École ne peut pas reconstruire la société[…] »

      Je ne suis pas d’accord avec vous.

      Je pense que l’école est un lieu important de transmission des valeurs de la société.

      Nous sommes tous responsables des changements à apporter. Présentement, notre devoir est de mettre à la disposition des jeunes une éducation véritablement enrichissante qui leur permettra de participer à un nouveau projet de société( je pense par exemple à une société qui donnerait une plus grande place au respect et à la coopération).

      Je crois que le rôle de l’école est primordial dans la transmission de nouvelles valeurs qui permettront de se mettre en marche vers de nouvelles finalités (autres que la performance et le profit, par exemple).

      Comment élaborer un nouveau projet de société si celui-ci ne passe pas par l’éducation?

  3. 16 décembre 2010 à 1:41

    Super wepisode!! Hooray!

Laisser un commentaire

Abonnement infolettre

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez toutes les nouvelles concernant
le projet LA DÉSÉDUCATON.

Contact presse

Soyez les premiers à recevoir les communiqués de presse, les dates dates importantes et invitations. Vous pouvez aussi faire vos propositions d'entrevues médiatique.

Écrivez-nous…

... vos commentaires, opinions, suggestions et/ou questions en nous écrivant à l'adresse info@ladeseducation.ca