Y a-t-il une façon de raisonner cette entité déshumanisante ?

6 réponses à “Y a-t-il une façon de raisonner cette entité déshumanisante ?”

  1. Daniel
    30 janvier 2011 à 4:04

    Y a-t-il une façon de raisonner cette entité déshumanisante ?
    Il me semble qu’une partie de la réponse est dans la question. «Raisonner», apprenons-nous seulement à raisonner, dans un monde où nos émotions guident majoritairement nos actions? Pour ma part, notre méthode d’éducation et de raisonnement actuel demeure sur le plan de la cognition. Cette dimension est nécessaire et suffisante concernant les sciences exactes. Mais l’humain n’est pas une science exacte, nous pouvons faire des statistiques, des moyennes, des tendances, etc… mais nous ne pouvons faire de généralisation, malgré des dimensions unniverselles qui nous sont communes nous sommes également tous différents et en constante évolution. Il me semble donc indispensable de faire l’apprentissage de la métacognition, cette capacité qu’a l’humain de faire sa propre introspection afin de comprendre son propre fonctionnement. Ce dernier est unique et pas exactement le même que celui de notre voisin.
    La philosophie pour enfants est d’ailleurs une excellente approche pour permettre l’apprentissage de cette habileté. Elle n’apprend pas Aristote, Platon ou autres, mais apprend à philosopher, ce qui est totalement différent. Une de ses forces est de se servir des questionnements de l’enfant lui-même, de ses incompréhensions dans le moment présent et donc en lien avec un besoin immédiat. L’automotivation et l’autodétermination apparaissent alors plus naturellement que conditionnés par un apprentissage obligé et évalué par une note. On oublie trop souvent je pense que les enfants sont avant tout des personnes et que , comme toutes personnes, ont besoins de moments privilégiés où ils sont reconnus et considérés pour ce qu’ils sont, sans être conditionnés par des récompenses ou des punitions.

  2. Gaëtan-Daniel Drolet
    12 décembre 2010 à 10:47

    Que faites-vous de l’acrasie? C’est-à-dire savoir ce qu’il faut faire et ne rien faire pour le changer… C’est comme-ci nous regardions l’difice brûler… impuissants que nous sommes devant la chaleur que le simple risque d’arroser provoque. Frileux ou apeurés? Que sommes-nous? Et la mauvaise foi est peut-être la peur sincère de ne pouvoir rien faire????
    La transformation est la seule chose qui ne change pas. Oui nous sommes en changements mais les changements internes qui se passent au niveau de la conscience ne sont pas les mêmes au niveau sociétal Il est donc normal de sentir un tiraillement un dissention entre la main gauche et la main droite. Devenir ne île? Non je ne crois pas Maintenir le désarroi… peut-être mais encore une fois je trouve que nous avons une excuse… Le cadre n’est pas souple peut-être est-ce le cadre qu’il faille faire évoluer?

  3. Mona Gosselin
    1 décembre 2010 à 11:27

    Dès qu’on remet des choses en questions, il est inévitable que les gens se sentent menacés. Il faut beaucoup de psychologie, de tolérance et d’accueil pour aller au-delà de la confrontation et être capable de trouver ensemble des solutions gagnantes pour tous plutôt qu’un perdant et un gagnant.

    Il faudrait de la formation en résolution de conflit pour tous les intervenants auprès des enfants, incluant les parents, afin de trouver ensemble une solution équitable et respectueuse à tous les problèmes.

    Certains petits problèmes dès qu’on s’en occupe empêchent l’émergence de plus gros problèmes. C’est sûr que ça demande des efforts de remettre en cause certaines choses, mais il y a de la joie profonde et de la satisfaction à trouver de belles solutions qui font du bien.

  4. Mona Gosselin
    1 décembre 2010 à 11:18

    Que peut-on faire devant la mauvaise foi?

    • Paul-André
      12 décembre 2010 à 11:29

      Remplacer notre interlocuteur en élisant une personne ouverte d’esprit aux élections scolaire, municipale, provincial et fédérale.

  5. Jérôme
    18 novembre 2010 à 9:42

    Une analogie avec la physique quantique est utile.
    Lorsque l’on refroidit une bonbonne d’hélium au point zéro, les molécules deviennent agités et chaotique. Et lorsque 1% des molécules deviennent alignée, le tout atteint une phase de cohérence et d’harmonie. Nous vivons une phase de transition entre un monde chaotique et l’harmonie. Nous devons êtres des îles d’harmonie et de vision afin de permettre la transformation de l’humanité.

Donner une réponse:

Abonnement infolettre

Abonnez-vous à notre liste de diffusion
et recevez toutes les nouvelles concernant
le projet LA DÉSÉDUCATON.

Contact presse

Soyez les premiers à recevoir les communiqués de presse, les dates dates importantes et invitations. Vous pouvez aussi faire vos propositions d'entrevues médiatique.

Écrivez-nous…

... vos commentaires, opinions, suggestions et/ou questions en nous écrivant à l'adresse info@ladeseducation.ca